Comment aborder le changement d’heure en toute sérénité

Heure d’hiver ou heure d’été ?

Il y a évidemment du pour et du contre dans les deux cas. Même si les Français se disent favorables à 59% pour rester à l’heure d’été (soit deux heures de décalage par rapport l’heure naturelle qui est celle dictée par le soleil), en réalité, il serait préférable d’un point de vue physiologique de rester à l’heure d’hiver car elle respecte davantage notre cycle circadien (cycle biologique interne au corps humain qui régule l’alternance entre l’état de veille et de sommeil). Rester à l’heure d’été signifierait aussi qu’on ne verrait pas le soleil se lever avant 10h en hiver !

Des répercutions sur l’organisme ?

- Le changement d’heure peut provoquer un sommeil agité ou perturbé : chez certaines personnes, une seule heure suffit pour perturber l’équilibre hormonal et donc la qualité du sommeil.

- Peuvent également survenir des troubles de l’appétit suite à la perturbation des hormones régulatrices de l’appétit : une perte d’appétit peut alors se faire ressentir ou au contraire un besoin de manger davantage.

- Des sautes d’humeur peuvent également se produire suite à la désynchronisation temporaire de notre horloge interne.

- Dans le travail aussi, le changement d’heure n’est pas sans conséquences : parfois, un manque de concentration est souvent la résultante d’un sommeil non récupérateur et perturbé.

- La production de l’hormone du sommeil peut également être perturbée par le changement d’heure d’où la sensation d’avoir envie de dormir pendant la journée et de mal récupérer pendant la nuit avec parfois des difficultés supplémentaires d’endormissement.

Et en pratique, comment passer sereinement ce changement d’heure ?

En attendant que tout cela soit clairement défini, voyons aujourd’hui ce que nous pouvons faire pour atténuer les perturbations dues au changement d’heure afin que tout cela se passe en douceur :

- La semaine qui précède le changement d’heure peut être l’occasion de mener une vie plus saine, de limiter les sorties, de mener une vie régulière. Tout est une question d’économie d’énergie, eh bien dans le corps également ! Ecoutez le, ce corps et ne soyez pas trop strict sur les horaires, respectez votre horloge biologique qui a besoin de s’ajuster tranquillement.

- Vous pouvez aussi commencer par changer l’heure dès le samedi soir. De toute façon vous n’échapperez pas au réglage du four, de l’horloge de la voiture et de celle accrochée au mur, alors inutile de trainer, cela engendre du stress et de la confusion qui vous rappelle constamment que l’heure a changé et qu’il faut vous adapter.

- Ecoutez également votre horloge interne qui se régulera au bout d’une semaine environ. C’est compliqué d’aller dormir quand on n’a pas sommeil comme il ne sert à rien de manger quand on n’a pas faim. Alors ajustez au mieux votre rythme pour continuer à répondre sereinement à vos besoins physiologiques sans vous martyriser.

- Si vous prenez un traitement médical à heure fixe, anticipez et voyez avec votre médecin traitant s’il est nécessaire de décaler ou non la prises des médicaments car dans certains cas, cela pourrait aussi perturber votre corps.

- Vous pouvez également vous coucher plus tôt le vendredi soir samedi soir si cela est possible pour vous. Vous éviterez de commencer le weekend fatigué et l’heure de sommeil en moins pourrait aussi accentuer cette fatigue. Observez à quelle heure vous baillez, c’est sûrement le moment d’aller se coucher. Vous pourriez en profiter pour prendre de nouvelles habitudes de sommeil et transformer la contrainte du changement d’heure en opportunité pour une meilleure hygiène de vie au niveau du sommeil (se coucher plus tôt d’un point de vue général est meilleur pour la santé car la majeure partie du travail de réparation et de nettoyage du corps se fait pendant la première partie de la nuit, essentiellement entre 22H et 1H).

L’adaptation aux enfants

Pour les plus petits, il est plus facile de décaler progressivement le moment du coucher et des repas quand vous le pouvez. 10 à 15 mn par soir, jusqu’à ce que vous retombiez dans les mêmes créneaux qu’auparavant et surtout que votre petit enfant retrouve les mêmes temps de sommeil.

Grâce à ces petites astuces, vous allez maintenant aborder ce changement d’heure en toute sérénité.

Nadine Laudier
Praticienne de santé Naturopathe certifiée FENA
Conseillère en fleurs de Bach agréée Centre Bach

 Les conseils communiqués dans cet article ne se substituent en aucun cas à un avis médical personnalisé.

Découvrez ici les produits Dietaroma dédiés au sommeil et à la détente.