Focus sur le chardon marie : utilisation et bienfaits

Parmi la grande famille des plantes hépatiques, le Chardon-Marie vient en tête comme plante protectrice. Elle s’inscrit dans les cures naturopathiques et permet d’améliorer son hygiène de vie au côté du Desmodium, du Romarin, du Pissenlit, de la Fumeterre, du Radis noir, de l’Artichaut ou encore de la Boldo. Mais pas seulement, cette plante recèle d’une vraie stratégie naturelle pour notre foie.

Son histoire et sa botanique

Le Chardon-Marie (ou Silybum marianum) est une belle plante aux couleurs chatoyantes et aux vertus toutes particulières pour notre foie.

Traditionnellement utilisée en cas de digestions difficiles. Elle présente de nombreux bienfaits et quelques précautions comme toutes les plantes de nos terroirs.

Dans l’Antiquité : originaire du bassin méditerranéen, l’espèce C. cardunculus aurait été apportée en Égypte il y a 2 000 ans ou 2 500 ans, pour se diffuser ensuite vers l’Ouest. On a longtemps consommé les feuilles et les fleurs du chardon. Les Grecs et les Romains attribuaient aux chardons de nombreuses propriétés médicinales et les tenaient en très haute estime, n’hésitant pas à payer de fortes sommes pour se les procurer. Ils étaient aussi réputés pour réduire à néant les mauvais présages et chasser les démons. Les femmes enceintes en ingéraient, pensant s’assurer d’avoir un garçon.

Il faut bien la connaitre, elle se trouve présente dans toute la gamme des compléments alimentaires « détox » sous différentes formes galéniques.

En naturopathie, elle a toute sa place en cure de soutien du foie.

Appelée aussi artichaut sauvage, chardon argenté ou chardon de Notre-Dame, cette plante de la famille des Astéracées pousse dans les régions arides d’Europe (Pologne) et du bassin méditerranéen (en raison de son besoin d’ensoleillement) et également en Amérique du Nord.

Reconnaissable par ses feuilles épineuses marbrées et ses fleurs aux boutons roses, on l’utilisait surtout pour ses deux parties dans l’alimentation.

En phytothérapie, ses fruits séchés (improprement appelés « graines ») et ses feuilles sont les parties utilisées pour leurs propriétés intéressantes pour le foie et la digestion.

Bienfaits et limites ?

Rappelons que le foie (et la vésicule biliaire) sont les piliers de la digestion mais aussi de notre santé en général. En effet, cet organe a de multiples fonctions et est considéré comme un émonctoire (ou porte de sortie du corps) qu’il faut régulièrement chouchouter, épurer et stimuler.

Sous cet angle, le foie fabrique la bile pour émulsifier les gras de notre alimentation, la vésicule biliaire servant de stockage, celle-ci a pour rôle de libérer sa bile à bon escient lors de la digestion.

Notre foie est notre filtre pour nettoyer et drainer le sang qui est le transporteur à la fois de nos nutriments, de nos messagers (nos hormones) et des toxines qu’il ramène au foie pour être épuré: cet organe essentiel a donc besoin d’être soutenu.

Que nous disent les autorités officielles de santé ?

Il est intéressant de prendre en compte les précautions et les recommandations officielles, ceci prévaut pour toute cure à base de plantes :

- L’EMA (Agence Européenne du Médicament) reconnait l’utilisation traditionnelle du fruit dans le « soulagement des troubles digestifs et également pour soutenir la fonction hépatique ». Cela dans la limite de cure de 2 semaines et la déconseille au moins de 18 ans.

- L’OMS (Organisation mondiale de la santé) considère comme « traditionnel » l’usage des fruits séchés dans le « traitement des troubles digestifs et des calculs biliaires ».

Comment utiliser le Chardon-Marie ?

Selon les besoins et le mode d’action, on pourra choisir une forme galénique adaptée : ses fruits séchés moulus se consomment en début de repas, insérée dans une cure de 3 semaines maximum, en observant les effets de cure (réaction liées à la relance du travail hépatique).

En naturopathie, chaque cure est individualisée et ne peut être généralisée sans un bilan de vitalité complet au préalable.

Mémo : Toute cure à base de plantes se fait sur une durée de 21 jours (sauf exception où la prise est plus courte) ce qui correspond généralement au contenant des compléments alimentaires. Toujours demander un avis avant achat.

- En infusion : vous la trouvez en vrac en herboristerie, en sachets unitaires ou associés à d’autres plantes hépatiques et se consomment à raison de 3 à 4 tasses par jour.

- En décoction (faire bouillir de l’eau et plonger 30 minutes avec une dose de 3.5 gr) pour 3 prises de 150 ml d’eau par jour

Rappel : Comment préparer une décoction ? Hacher les plantes. Les faire macérer dans de l'eau froide (si possible de pluie) pendant 24 heures, à couvert. Porter le mélange à ébullition. Laisser mijoter 20 à 30 minutes à couvert. Couper le feu et laisser refroidir et filtrer.

- EPS : on recherchera des compléments alimentaires présentant au minimum 70-80% de Silymarine pour une prise avant chaque repas,

- Poudre : 1 cc avant les repas (30 minutes) dans un verre d’eau tiède, une compote ou un yaourt

- Ampoule (ou extrait aqueux) : 1 ampoule de 10 ml par jour, à diluer dans un verre d’eau, sur une cure de 21 jours,

- En extrait de plante fraiche ou extrait hydro alcoolique: 10 à 20 gouttes à diluer 2 à 3 fois par jour, dans de l'eau ou dans une infusion, avant les repas,

- Gélules : 1 gélule 3 fois par jour avant les repas,

- Des complexes de plantes hépatiques : pour des cures de drainage, le Chardon-Marie s’associe volontiers à d’autres simples de la phytothérapie.

Les conseils de votre praticien formé en phytologie seront de bon accompagnement pour bien choisir les meilleures combinaisons (comme le Desmodium, le curcuma, la cannelle, la réglisse, le Chrysanthellum ou la piloselle par exemple) selon les besoins de chacun.

 Des contre-indications :

- Pas de prise pour les moins de 18 ans, les femmes enceintes et allaitantes,

- En cas d'hypertension

- Aux personnes allergiques aux plantes de la famille des astéracées (ambroisie, armoise, camomille, chrysanthème, échinacée),

- Chez les personnes souffrant d’obstruction des voies biliaires (crise de calculs) notamment lors des crises aigues.

 Des effets indésirables mineurs sont rapportés:

- Troubles gastro-intestinaux légers, diarrhée passagère

- Les personnes allergiques aux astéracées peuvent développer des symptômes allergiques : œdèmes, démangeaisons, etc.

Bien veiller à bien demander l'avis d'un professionnel de la santé avant toute utilisation ou cure.

A retenir : toute pathologie du foie doit être traitée avec un avis médical préalable.

De même, toute cure visant à améliorer son hygiène de vie et son profil alimentaire prend sens avec un avis médical préalable, des bilans sanguins et des conseils avisés de votre praticien. Elle est toujours à envisager en complément des traitements allopathiques en cours.

Corinne GERAY-GIE   
Naturopathe (formée à ISUPNAT) et praticienne en réflexologie plantaire (La Ville Aux Dames – 37)
Tél : 06.87.20.91.89 / mail : corinne.2gnaturellement@gmail.com. Blog : www.vitalitenaturo.com

Sources :
https://www.vidal.fr/parapharmacie/phytotherapie-plantes/chardon-marie-silybum-marianum.html
https://fr.wikipedia.org/wiki/Chardon